News

Facebook : Suivez-nous sur notre nouvelle page : En chanson !
Mail : brunoandcoblog@gmail.com
mardi 26 avril 2011

postheadericon Yann Tiersen, le Dust Lane Tour à Rennes

J’avoue m’être posé quelques questions avant de me lancer dans ce compte-rendu, pour la simple raison que j'ai pris une sacré belle claque et que mes mots n'avaient jusqu'à présent aucun sens réaliste.

Jeudi 21 avril 2011, Yann Tiersen, l'enfant du pays est de retour à Rennes, pour un concert complet à la Cité. A deux pas de la rue de la Soif, la maison du Peuple se remplie tout doucement. Il n'est pas tout à fait 20 heures, et les gens profitent encore du grand soleil qui baigne depuis quelques jours la Bretagne dans une saveur de vacances.

Cela fait des années que j'attendais de voir Tiersen "en vrai" et l'annonce de ce concert fut pour moi une récompense : j'ai tant attendu, que j'y serai quoi qu'il arrive. C'est donc un peu excité mais pas tout à fait conscient de ce qu'il m'arrive, que je me présente devant la salle. Et je présume, que venir jouer dans la ville de son enfance, où le chanteur y a fait ces premiers pas de musicien, c'est comme se retrouver dans son salon, c'est pas désagréable. Le public qui est là ce soir est sans aucun doute un public connaisseur, et admirateur.

La première partie est assurée par Nestor is Bianca, une formation pop-rock électro. Un choix idéal pour ce Dust Lane Tour tant l'atmosphère est assez mélancolique et sensible, bien en osmose avec l'univers du dernier album de Yann Tiersen.
Une voix fragile nous embarque dans des mélodies riches en références au rock anglo-saxon. Un mélange de guitares électriques et acoustiques sur fond de trompette et de claviers qui me rappel un petit côté à la Radiohead ou même à la Waterboys. Enfin ce n'est que mon avis qui n'est pas tout à fait fiable après les avoir vu qu'une seule fois. Pas eu le temps de me plonger dans leurs albums, mais je pense que le coup d'oreilles vaut sûrement le coup.

Nestor is Bianca s'offre même le luxe d'inviter sur deux morceaux Yann Tiersen pour ma plus grande surprise. En tout cas l'ambiance est officiellement lancée grâce à cette première partie réussie qui à plonger le public dans une soirée qui annonce un bon voyage musical.

Arrive enfin le grand rendez-vous de la soirée. Le compositeur hors paire débarque timidement sur scène et entame avec un titre d'un de ces plus beaux albums "Dust Lane". Accompagné de quelques membres de Nestor is Bianca, le concert semble presque privé tant la salle paraît petite, et que le public acclame l'artiste avec beaucoup d'enthousiasme et de sympathie. A peine les premiers accords entamés, les espaces dans la foule se font plus petits et la température monte en puissance. Il fait très chaud et le voyage commence.

Beaucoup de morceaux de "Dust Lane" y passent : de "Ashes" à "Dark Stuff" en passant par "Fuck Me" "- fuck me, love me, c'est un peu la même chose" nous dit-il dans un sourire... Et j'en passe. Il m'est impossible de retranscrire la set-list, voir même de reconnaitre certains morceaux puisque le compositeur semble s'amuser à donner parfois d'autres virages à ses musiques. A longueur du concert, ça applaudit, ça se balance, ça ne quitte pas la scène des yeux car les instruments sont aussi les grandes vedettes de la soirée.. On remarque cependant l'absence de beaucoup de morceaux ultra connus qui ont fait une renommée mondiale qui ne satisfait pas forcément le principal intéressé. J'entends par là les tubes d'Amélie Poulain, et certains classiques joués au piano. Dust Lane est un album électrique, alors ce soir on transpire électrique. Je veux regretter l'absence de "La rade", mais je n'ai pas le droit d'être trop gourmand, parce que le régal est tout simplement au rendez-vous ! On a tout de même eu droit à "Sur le fil" et rien que ça, whaaaaaaou ça colle les frissons de la tête aux pieds.

Au bout de deux heures de concert, j'ai la sensation que Yann Tiersen aurait pu ne pas s'arrêter et jouer jusqu'au bout de la nuit, et nous offrir des morceaux sans fin. Sans chichi j'étais en condition idéale pour signer un CDI (concert à durée indéterminée).
Mais toute bonne chose à une fin. La lumière refait son apparition. Je quitte la salle la tête pleine de belles sensations et d'images fortes, tout mouillé également. Ce fut un premier rendez-vous à la hauteur de mes espérances, et l'atterrissage se fera assurément tout en douceur pendant les prochains jours. Parce qu'on à vraiment envie d'y rester tout là-haut dans les étoiles, je l'ai enfin vu et je peux désormais me la raconter, c'est comme péter dans son bain, c’est jouissif à mort ! C'était Tiersen tout de même !

yann tiersen.com
le myspace de Nestor is bianca

à lire également sur le blog la critique de Dust Lane
Pablito

1 commentaire(s):

Towanda a dit…

Ton article est super.
J'ai vu Yann à Nantes, il y a trois semaines, et j'en pleure encore.

C'est clair que Sur Le Fil était obligée d'etre jouée. Je voulais qu'il me fasse Sur le fil ou le quartier, il a fait les deux! :')
Il parait que ce concert à Rennes était tres bien, et que lui meme a apprécié.

Je ne suis pas sure que de peter dans son bain est jouissif, mais voir Yann en tout cas... C'est pire que ca!

Waoh, j'adorerais y retourner.

Si tu passes sur mon blog tu remarqueras que je suis pire qu'une tres grande fan de lui.

a tres vite.

Recherche

Chargement...
Fourni par Blogger.

Playlist Spotify

Playlist Spotify
Cliquez et découvrez notre playlist spotify !

Paroles paroles

"Mais une fois dans mes bras
Vos murmures essoufflés
C'est à moi, rien qu'à moi
Qu'ils étaient destinés."

Bénabar - Je suis de celles

Les archives du blog

Visites