News

Facebook : Suivez-nous sur notre nouvelle page : En chanson !
Mail : brunoandcoblog@gmail.com
mercredi 24 août 2011

postheadericon Retour sur Lasemo




Ah Lasemo ! Un festival qui nous était encore inconnu il y a quelques mois... Pauvres incultes que nous sommes ! Mais voila, nous nous sommes rattrapées et même très bien rattrapées ! Nous voila parties avec nos gros sacs et tentes pour l'aventure ! Malheureusement nous n'avons pas pu arriver dès le premier jour du festival (nos emplois du temps de ministres ne nous le permettaient pas !). Nous arrivons donc en plein milieu de festivaliers déjà bien fou-fou et prêts à faire la fête... Nous sommes déposées devant l'entrée du festival... mais horreur! Nous apprenons que le camping n'est pas vraiment à cet endroit mais à quelques "petits" mètres de là....


Photo du site officiel: Lasemo


Ce que nous retenons du camping est une seule et même règle : évitez de vous placer près de la (sympathique) Raggaravane qui joue (sympathiquement) de la musique jusqu'à 5 heure de mat' ! Mise à part cette recommandation, niveau camping rien à dire, c'est impec : bonne ambiance, bonne tenue et écologique (ce qui est le cas de tout le festival) !

Comme nous sommes arrivées un peu tard ce deuxième jour, nous n'avons pas assez bien profité des concerts qu'il restait pour vous en faire un compte-rendu. Nous en avons alors profité pour observer l'ambiance générale du festival. Et le festival est à l'image du camping que nous avons découvert avant: très très bon esprit général. Nous avons rarement pu observer une telle ambiance lors d'un festival... c'est comme si vous entrez d'un coup, grâce à votre bracelet magique, dans le monde des bisounours ! Tout le monde il est gentil, tout le monde se respecte et parfois nous avons même le droit à des Free Kiss ( les cousins des célèbres Free Hugs). Bref, très bonne ambiance ! Plusieurs choses sont proposées entre les grands concerts: d'autres petits concerts ou spectacles, des ateliers de cirques, des petits shops.. et une grande variété de stands nourriture (à un prix très abordable). Ce jour là, une troupe au nom bizarre joue entre deux "grands" concerts : Les trois points de suspension. La prestation est aussi loufoque que le nom: du théâtre mélangé à un peu de chant, du trampoline avec en prime une histoire à dormir debout où l'on croise des "corbeaux-garous", Sophoclès, un moulpe géant et une personne à quatre bras [entre autres]. Ce spectacle provoque l'hilarité d'un public (venu en masse) alors qu'il n'était pas forcément présent pour ce genre de représentation, c'est donc une très belle ou plutôt une très drôle découverte très osée.


La troisième journée débute avec un réveil difficile... La Raggaravane a fait des ravages sur mon sommeil mais qu'importe, la programmation du jour est géniale et en plus le soleil est au rendez-vous (du moins le matin...). Avant l'ouverture des portes du festival, nous allons au rendez-vous de ce fameux soleil dans la jolie ville d'Hotton! 14 heures : ouverture des portes, sans aucune bousculades, cris etc... que c'est agréable ! Premier rang pour nous, et nous ne la lâcherons pas, cette fameuse grille, ce qui nous permettra de vivre les concerts du jour à fond !


Premier concert: Les Petites Bourrettes ! Je connaissais ce groupe seulement de nom, étant un groupe ami des Fatals Picards (qui étaient aussi présent ce jour là). Je ne connaissais pas du tout leur musique, leur jeu de scène... eh bien, j'ai vraiment bien aimé ! On sent qu'il y a des liens avec les Fatals: même ambiance scénique, même joie de vivre... ça fait vraiment plaisir ce genre de découverte ! Leur passage est vraiment passé très vite, preuve que ce groupe assure vraiment en live... Et le public en demandait encore ! Mais surprise, il n'y a pas que la bonne ambiance et la bonne musique présentes à Hotton ce jour là... Eh non, il y a également la pluie, et je vous assure qu'il n'y a aucun lien entre cette dernière et la voix du chanteur (bien au contraire) ou avec nos voix (là, ça reste à vérifier). Cette pluie ne nous gâchera pas cette superbe journée musicale, parole de mordue de concert ! Et oui, nous n'avons pas lâché la grande scène malgré cette pluie torrentielle (non je n'exagère pas... ou juste un peu). Et que voyons-nous arriver sur la scène avec surprise? Un flamand rose ! Si, si je vous jure ! Non, nous n'avons pas consommé de drogue ni même bu trop de bière ! Certes, il s'agissait d'un chapeau en forme de flamand rose qui gisait sur la tête du chanteur charismatique d'un groupe inconnu à notre bataillon !


Si je vous dis : La Chiva Gantiva... Cela vous dit quelque chose? Non? Ouf, nous ne sommes pas les seules... et nous avions tort car imaginez ce mélange : folie, rock, rires, bonne musique, belle équipe, beaucoup de couleurs... ça laisse rêveur, hein ? Et bien nous avons passé une belle heure à danser, sauter, chanter (enfin.. essayer de chanter... la pluie était toujours présente...) et à la fin de leur prestation les deux mots qui me sont venus à l'esprit sont : waouh, encore ! Ce genre d'énergie ça fait un bien fou malgré notre manque de connaissance !!!
Vous remarquerez que la journée avait bien commencé, deux groupes : deux belles découvertes... Que demander de plus ? Un de mes groupes favoris ?


Bon j'accepte sans broncher et c'est là que rentrent sur scène les Fatals Picards... Je suis une grande fan de ce groupe, leurs musiques, leurs textes et leur humour sur scène c'est juste du pur bonheur! Ils ont enchaîné les tubes des anciens albums (Amélie Poulain, Mon père était tellement de gauche interprété par Jean Marc en acoustique, Punk à chien, Bernard Lavilliers) mais aussi leurs nouveaux morceaux ( Coming Out, Retour à la terre, 1983)... Selon moi, il y a eu quelques oublis comme la célèbre Française des jeux ou bien Djambé Man. Mais bon, en festival il faut savoir fait des choix et cela ne gâche en rien le concert ! Dans le public, c'est la folie : pogos en chaine, quelques essais de slam très vite arrêtés par la sécurité ! Certains crieront qu'un concert sans slam c'est pas un concert rock, ce qui n'est pas totalement faux... Autre petit bémol: le retour confisqué à Paul... Mais oui Paul, un retour c'est pas fait pour servir de sautoir (malheureusement) mais ce cher chanteur est très vite aller le rechercher dans le bureau du directeur (Oups, de l'ingé-son du festival). Au bout d'une heure, comme d'habitude, le concert se termine (ahhh mais pourquoi c'est si court à chaque fois ?). Durant le changement de plateau pour Danakil, nous avons eu la bonne surprise de croiser certains membres des Fatals dans le public venus saluer les fans... Je trouve ça plutôt sympa surtout qu'il n'y a eu aucun mouvement de foule (décidément j'aime le public de ce festival).


C'est maintenant au tour de Danakil de faire son entrée sur scène. Nous connaissions seulement de nom et nous faisions partie des rares novices... Nous avons vraiment eu l'impression qu'une grande partie du public était venu pour Danakil, tant les chansons étaient reprises en cœur et tant l'ambiance était au taquet ! J'avoue que la musique de Danakil ne m'a pas plus touchée que ça mais cela est très vite oublié en observant l'ambiance scénique ! Une bien belle équipe devant nous composée de cuivres,de guitaristes, de chœurs, d'un rappeur, de percussions... On ne sait où regarder tant l'équipe est nombreuse. Ils sont aussi nombreux qu'heureux d'être présents. Mon regard s'est souvent accroché vers les cuivres car les trois musiciens étaient vraiment à fond et chantaient (quand ils pouvaient) en même tant que le chanteur. Ce fut donc vraiment un très bon moment !


Maintenant, je ne vais pas vous mentir, le groupe prévu après Danakil est la raison de ma présence à ce festival (avec les Fatals) : Tryo... Ah Tryo, une vraie histoire d'amour musicale ! Ce fut leur unique date belge et il fallait que j'y sois, chose faite ! Et bizarrement, le public ne m'a pas semblé plus connaisseur que ça... Mais qu'importe, les garçons sont en forme et nous aussi ! Nous avons droit à quelques blagues, à un long interlude sur les chanteurs belges comme Stromae ou Johnny Halliday (et son célèbre tube "Adrienne") mais aussi à des chansons qui n'ont pas été jouées aux Eurockéennes de Belfort comme "Serre-moi" (chanson pendant laquelle un papillon de nuit a choisi de virevolter aux alentours de la scène. Moment poésie). Que du bonheur comme d'habitude avec eux, il faut le dire. On a vraiment ressenti cette joie d'être présents, pour la dernière date de cette longue tournée !

Le festival se ferme sur cette note de bonne humeur et de bonne musique à l'image du festival en lui même: pas une seule fausse note n'a été relevée lors de ces deux jours de fête. N'oublions pas une grosse dédicace à Jean Jean et sa bonne humeur qui a parfaitement bien tenu le rôle de chauffeur de public avec son célèbre "Chaud boulette" .... Donc, pour résumer nos deux jours à Lasemo : Bonne humeur, écologie, bonne musique... BONHEUR ! A l'année prochaine, sans aucun doute !



-Céc-

3 commentaire(s):

Anonyme a dit…

BON esprit, et non pas "bonne esprit"...
et "unique date belge", plutôt que "date unique belge"... ;-)

Bruno et co a dit…

C'est corrigé, merci! :)

Angelo a dit…

Vous avez raté l'excellent spectacle d'Aldebert (vendredi) et le one-man show de Jean-Jean sur la petite scène (dimanche) ...
Par contre, je n'étais pas près de la grand scène avant les Fataux. Je suis aussi déçu qu'ils n'aient pas fait Djembé Man et Goldorak mais je ne m'en suis rendu compte que quelques jours plus tard tellement le concert était bien malgré cette absence.

Je n'ai pas du tout aimé aux Trois points de suspension et je n'ai pas tellement accroché à Danakil. Question de goût sans doute.

Et bien sûr, j'ai adoré Tryo même si le concert est resté classique (interludes mises à part).
Mais comment c'est possible un concert sans "Serre-moi" ? :o

Recherche

Chargement...
Fourni par Blogger.

Playlist Spotify

Playlist Spotify
Cliquez et découvrez notre playlist spotify !

Paroles paroles

"Mais une fois dans mes bras
Vos murmures essoufflés
C'est à moi, rien qu'à moi
Qu'ils étaient destinés."

Bénabar - Je suis de celles

Visites