News

Facebook : Suivez-nous sur notre nouvelle page : En chanson !
Mail : brunoandcoblog@gmail.com
dimanche 5 février 2012

postheadericon Les Cowboys Fringants de retour en France !

Mardi soir, je sors du métro Jacques Cartier, le bus n°3 en direction de "St Laurent" me passe sous les yeux. Malgré le froid qui pique en cette fin de journée d'hiver, je descends l'avenue en direction du Liberté. Le froid, Jacques Cartier, Le fleuve St Laurent, tant de points communs qui me rappellent le Québec, d'autant plus que je me dirige vers cet évènement que j'attendais tellement : le concert des Cowboys Fringants. Les mélodies commencent à se bousculer dans ma tête. Des images, des souvenirs, des ami(e)s de là-bas, de la chaleur et de l'émotion aussi. Je suis gonflé à bloc.
Deux ans après les avoir vus à Bruxelles, trois ans après Toulouse, sept ans après deux concerts à la Tulipe de Montréal, mon cinquième rendez-vous avec ces cowboys se fera sur la terre d'origine des premiers colons. C'est un petit clin d’œil, mais encore un beau point commun. Pas loin de Rennes, Monsieur Cartier était parti de Saint-Malo en direction de l'inconnu, en direction de ce qu'allait devenir le Québec, la plus belle province du monde. Encore deux pas et j'approche de la salle avec le précieux ticket dans la poche.

Une pinte et un demi plus tard, les lumières s'éteignent, le public donne de la voix et les membres du groupe rentre sur scène sous les applaudissements. Ils ne sont plus à présenter, beaucoup de gens n'attendaient que ça, les revoir ou enfin les découvrir. Ils ont depuis longtemps conquis le cœur des français, des belges, des suisses.... Mais oui ! je l'ai déjà dit, c'est le meilleur groupe folk-rock du monde (laissez moi exagérer s'il vous plait !!). Ça picote dans la gorge, mes yeux s'humidifient, nous y voilà, les premières notes de "Paris-Montréal" retentissent, c'est parti pour le grand voyage émotionnel.
A ma grande surprise et demi déception, JF Pauzé n'est pas présent sur scène, et son absence me perturbe, je trouve qu'il manque un maillon à l'osmose et au jeu scénique du groupe. Vous voyez le truc, c'est comme si Keith Richards n'était plus un Rolling Stones, comme si Noir Désir revenait sans Bertrand Cantat ou pire, comme si Robert Johnson montait sur scène sans ses doc's marteens. Mais c'est pas pour autant que son remplaçant n'a pas fait le boulot, loin de là.
Bref comme dirait l'autre, ça fait plaisir de voir le reste "historique" du groupe. Karl a mis son plus beau manteau de fourrure, Marie-Annick s'est habillée de son plus rayonnant sourire, Jérôme fait du Jérôme et j'exulte à gorge déployée. Clap clap clap hihaaaaa !

Après "Paris-Montréal", nous avons droit à une autre chanson du dernier album, et pas des moindres puisqu'il s'agit de la délicieuse "Marilou". Et comme ils avaient annoncé un show plus rock, c'est sans surprise qu'on poursuit l'aventure par "La manifestation" scandée en chœur par le public et "La reine" qui, pour moi, est la toute première chanson entendue à la radio à l'époque de mon séjour québécois. Elle aussi est collée à ma peau, mes yeux scintillent et ne perdront pas leurs étincelles quand après "Télé" le groupe interprète "Mon chum Rémi". Aaaaah cette chanson....
Le show continuera jusqu’à l'entracte avec des chansons à danser, à chanter avec "8 secondes", "Ti-cul", "une autre journée qui se lève", "si la vie vous intéresse" en passant par la chanson qui rappelle leur engagement pour des causes écologiques "Plus rien" avec un solo violon de Marie-Annick à vous faire tomber par terre. J'ai bavé tout l'eau de mon corps.
Je me souviens de "Droit devant", cette chanson qui monte en puissance doucement jusqu'à atteindre les étoiles du ciel rennais, des étoiles que l'on retrouvera justement, quand les deux premiers accords te font frissonner tout l'intérieur du corps : "Ça fait qu si à' soir t'as envie de rester / avec moi, la nuit est douce on peut marcher / et même si on sait ben que tout dure rien qu'un temps / j'aimerais ça que tu sois pour un moment... mon étoile filante... lala lalalala lalalala lalalala." Je t'en aurais fait jusqu'au petit matin des lalala !
Je me souviens qu'un ou deux drapeaux ont flotté en réponse à "En berne", que l'on était tous à l’unisson et solidaires sur "Shooters", les chansons plus politique du groupe. Un groupe qui n'hésite pas à faire participer son public comme sur "Tant qu'on aura de l'amour" ou encore "La Catherine". C'était merveilleux, et les superlatifs me manqueront quand on a eu droit à "Joyeux calvaire" car cette chanson annonce toujours "Awikatchikaen". C'est chaud ce show, c'est rock présentement !
Et c'est le cœur un peu triste sur les paroles de "Toune d'automne" pleines de sens que se terminera ce concert "Anyway chu content que tu r'viennes / t'arrives en même temps qu'l'automne / tsé qu'ça m'a fait ben d'la peine / de t'voir partir ma mignonne..." oui, oui, oui ça m'fait ben d'la peine de vous voir (re)partir !

Pour une fois je ne sors pas du concert trempé de sueur de la tête au pied. J'ai encore un peu de voix, et même si j'ai (encore) passé un formidable concert, cette grande salle aura jeté un petit froid polaire sur moi. Non loin de celle-ci, il y a la salle de la Cité qui aurait été idéale. Plus petite, plus chaleureuse, plus authentique à l'image du groupe. L'ambiance du Liberté est bon enfant, mais reste quand même un peu figée. C'est l'inconvénient (ou l'avantage selon) des grandes salles avec un bon nombreux de spectateurs aisés qui viennent juste pour ce faire une petite sortie plutôt que pour participer à une grande fête, la grand-messe quoi !
C'est un regret, tout comme l'absence d'une des âmes du groupe, mais qui ne gâcheront en rien ce cinquième grand rendez-vous. Encore une fois j'ai fermé les yeux sur les "Étoiles Filantes" et je me suis dit qu'elle était vraiment magnifique cette vie là, un peu (beaucoup) grâce à eux.

Merci les Cowboys Fringants pour cette nouvelle bouffée d'oxygène.
A la r'voyure !


1 commentaire(s):

isa a dit…

Très beau compte rendu, qui fait bien partager les émotions ressenties. J'aime toutes les coïncidences, le genre de petites choses qui rendent encore plus heureux et augmentent l'émotion.
Les Cowboys Fringants sur scène, c'est toujours un très bon moment, c'est l'assurance d'un concert festif dans lequel viennent se glisser quelques émotions qui vous collent le frisson. Moment de bonheur garanti.

Recherche

Chargement...
Fourni par Blogger.

Playlist Spotify

Playlist Spotify
Cliquez et découvrez notre playlist spotify !

Paroles paroles

"Mais une fois dans mes bras
Vos murmures essoufflés
C'est à moi, rien qu'à moi
Qu'ils étaient destinés."

Bénabar - Je suis de celles

Visites