News

Facebook : Suivez-nous sur notre nouvelle page : En chanson !
Mail : brunoandcoblog@gmail.com
mardi 1 mai 2012

postheadericon Berry - Les passagers



En 2008, Berry m'avait séduite avec son titre « Le bonheur », extrait de l'album « Mademoiselle », album qui s'annonçait très prometteur.
Quatre années plus tard, la Demoiselle s'est transformée en Belle Dame et nous revient avec un nouveau bébé « Les passagers ». Un album voluptueux, mélancolique, tissé entre dentelles soyeuses et cotonnées, un petit bijou qui invite au voyage au pays des souvenirs heureux ou malheureux...

Le titre tout d'abord, « Les passagers ». On apprend qu'il s'agit là d'un clin d’œil à l'incontournable titre « The passenger » d'Iggy Pop. Mais il n'y a pas que cela ! Après avoir écouté cet opus à plusieurs reprises, je me suis laissée embarquer dans un univers teinté de douceur feutrée, telle une passagère au sein de la compagnie aérienne « Berry ». Et puis, au fil de l'album, la Dame nous rappelle également que nous ne sommes que de passage sur terre et que « nous sommes des fugitifs, nos bonheurs sont furtifs » (« Les passagers », écrit par Daniel Darc, tout comme « Claquer dans les doigts »).

Plongeons-nous, à présent, dans l'album en lui-même.

Ce dernier s'ouvre avec le titre « Si souvent » au sein duquel Berry aborde les divers mots (maux) d'amour sans y croire. Le ton est donné, l'album sera sous le signe de la mélancolie doucereuse. Vient ensuite « Les passagers », dont je vous ai déjà parlé et qui, par son intro musicale, me rappelle effectivement quelque peu le titre d'Iggy Pop.

« Ne le dis plus », au sein duquel la douce voix susurrée de Berry est mise en avant et où les mots résonnent comme un adieu, me fait indéfectiblement penser à certains titres de Jane Birkin écrits par Gainsbourg. Quant au titre « Brune », c'est l'univers 60's de B.B. et de Serge qui résonnent alors, selon moi.

« Mais quand tu es parti, je n'avais sous la main qu'un petit mouchoir gris. Pour un si grand chagrin, le petit mouchoir gris, ça n'a pas suffi ». Avec son titre « Les mouchoirs blancs » délicieusement mélancolique une fois de plus, Berry se montre alors plutôt la digne héritière de Françoise Hardy.

Quant au premier single, « Si c'est la vie », il tombe à point nommé et résume assez bien l'ambiance qui se dégage de l'ensemble de cet album. Un brin de légèreté dans la mélodie, des paroles trompeusement mièvres et la tendre voix de Berry. Voilà la recette parfaite pour faire de ce single un succès, comme on a déjà pu s'en rendre compte lors des diffusions en radio !


La grande surprise de l'album vient avec le titre « Like a River » où l'artiste s'essaie à chanter en anglais et réussit plutôt brillamment l'exercice !

Vous vous souvenez de son premier succès « Le bonheur » avec sa mélodie douce et légère au piano ? Hé bien, je dirais que le titre « Ce matin » s'inscrit dans la même lignée avec une pointe d'espoir mêlé à la crainte de ne pouvoir figer de tels petits instants de bonheur. Un délice à écouter sans faim ni fin !

« Claquer dans les doigts » arrive alors, sans prévenir ni crier gare, pour nous parler des regrets. « Je n'aurais pas dû... », que celui ou celle, dans l'assemblée, qui n'a jamais prononcé de telles paroles se lève et le crie haut et fort ! Alors ? Personne ? C'est bien ce qu'il me semblait, nous sommes tous pareils, chers amis ! Et Daniel Darc, auteur des paroles de cette chanson, a parfaitement compris l'imperfection de l'être humain qui l'amène parfois (souvent) à faire des choix qu'il finira par regretter...

Au sein de « For Ever », Berry parle de la beauté de l'amour, des jours heureux et s'interroge sur la durée de ceux-ci. Petit clin d'oeil à son premier succès « It looks like le bonheur, fuck tout ce que j'en avais dit », sans pudeur, la dame ne mâche pas ses mots, et c'est aussi pour cela qu'on l'aime.

« Puisqu'il faudra partir léger, puisqu'il faudra partir tout seul... », bien que cela puisse sembler pessimiste, Berry réussit à nouveau à voguer entre mélancolie, nostalgie et touche d'espoir avec le titre « Partir léger ». « Tu sais, j'ai tant aimé t'aimer... ».

L'album se termine avec « Voir du pays » qui, avec ses airs de bossa nova et comme son nom l'indique, est un véritable appel au voyage. Choix judicieux que de clôturer l'opus avec un tel titre puisqu'il résume assez bien ce que je vous disais en début d'article quant à l'invitation à l'évasion...

En résumé, c'est avec naturel et sans chichis que Berry nous offre un album parfaitement ficelé et réussit à nous amener en douceur et avec légèreté à réfléchir sur les tracas du quotidien. Et j'avoue que je me suis volontiers laissée embarquer. Donc pourquoi pas vous ?

MusicAndMe

3 commentaire(s):

boubou a dit…

Hâte de l'acheter et de l'écouter!
Et pour info, dans son premier album "Mademoiselle", elle a déjà un titre chanté en anglais "Love affair"

Anonyme a dit…

ça me donne bien envie de la découvrir, merci musicandme

MusicAndMe a dit…

@Boubou: Tu as raison! J'avais complètement oublié cette chanson, merci de la rappeler à mon souvenir! :)

@Anonyme: De rien, avec plaisir. J'espère que tu aimeras! :)

Recherche

Chargement...
Fourni par Blogger.

Playlist Spotify

Playlist Spotify
Cliquez et découvrez notre playlist spotify !

Paroles paroles

"Mais une fois dans mes bras
Vos murmures essoufflés
C'est à moi, rien qu'à moi
Qu'ils étaient destinés."

Bénabar - Je suis de celles

Visites