News

Facebook : Suivez-nous sur notre nouvelle page : En chanson !
Mail : brunoandcoblog@gmail.com
dimanche 30 septembre 2012

postheadericon El Comunero-Sigue Luchando


Le 8 Octobre El Comunero nous emmène faire un voyage dans le temps et ravive les chants de lutte espagnols de lutte de la guerre civile espagnole avec leur deuxième album « Sigue Luchando » (=continue la lutte). Ce collectif est composé entre autres de plusieurs membres des groupes L’Air de rien, Les Hurlements d'Léo, Anakronic Electro Orkestra, Elektric Geïsha.



El Comunero revisite ces chants de luttes espagnols en y ajoutant une touche de rock et de modernité. On entre dans le vif du sujet dès les premiers titres avec « Canción del frente unido », un chant multilingue qui prône l’union de tous les ouvriers en espagnol, anglais, français, catalan et allemand. Puis, ils s’attaquent à l’un des classiques « El paso del Ebro (i Ay Carmela !) ». Jean-Paul Roy et Denis Barthe (ex-Noir Désir) ont participé à « rockiser » un max ce titre. Le refrain « deberemos resistir, i Ay Carmela ! i Ay Carmela ! » résonne en même temps que la batterie. Un autre classique, repris déjà de nombreuses fois, a été retravaillé d’une manière encore très rock par El Comunero : « L’Estaca ». Cette chanson, qui était à l’origine un symbole de lutte contre l’oppression franquiste en Catalogne, est aujourd’hui devenue un symbole de lutte pour la liberté en général. Ici, la clarinette enivre le refrain.

Puis, arrive LE Bijou du disque « The Partisan ». Un peu d’histoire pour cette chanson encore : en 1943, Emmanuel d’Astier de la Vigerie écrit « La complainte du partisan ». Cependant, la version la plus connue de cette complainte est la version bilingue adaptée par Léonard Cohen en 1969 (pour le plaisir je nous remets le lien de cette version: ici).  C’est de cette reprise splendide dont il est question. Et le jeu en vaut la chandelle ; l’interprétation est toute aussi poignante que le thème abordé.

El Comunero nous offre les trois derniers titres de l’album en live avec « Santa Barbara », « El tren blindado » et « A las barricadas ». Ainsi on peut sentir l’ambiance tantôt solennelle tantôt énergique lors de leurs concerts. Pour conclure, on pourrait penser que ces chants de lutte ne sont que pur "folklore", or ils sont plus que jamais d'actualité, car le message principal c'est "l'union fait la force", alors ce collectif a toute sa raison d'exister et se doit de continuer à faire revivre ces évènements passés. C'est ce qu'on appelle le devoir de mémoire, non?



Riziña

1 commentaire(s):

el comunero a dit…

Muchas gracias Riziña !!!

Recherche

Chargement...
Fourni par Blogger.

Playlist Spotify

Playlist Spotify
Cliquez et découvrez notre playlist spotify !

Paroles paroles

"Mais une fois dans mes bras
Vos murmures essoufflés
C'est à moi, rien qu'à moi
Qu'ils étaient destinés."

Bénabar - Je suis de celles

Visites