News

Facebook : Suivez-nous sur notre nouvelle page : En chanson !
Mail : brunoandcoblog@gmail.com
mercredi 3 octobre 2012

postheadericon Alexis HK nous livre son Dernier Présent




3 ans après la sortie des Affranchis, Alexis HK est (enfin) de retour dans les bacs avec celle que je considère désormais – après moult écoutes – comme étant l’une de ses meilleures réalisations. Ceux qui me connaissent savent que je suis plus qu’assidûment sa carrière depuis maintenant 4 ans (merci merci MERCI les premières parties !). C’est donc tout naturellement que j’attendais ce nouvel opus avec une certaine impatience. 

10 morceaux parfaitement articulés autour du thème du présent, des questionnements existentiels… et toujours empreints de cette voix aux intonations Joe Dassin-esques / Georges Brassens-esques. 
Le premier extrait éponyme évoque la fin du monde, un hypothétique "univers heureux". Le clip a d'ailleurs été tourné en Islande, dans un décor aux paysages apocalyptiques mais néanmoins magnifiques.



L'une des plus belle chanson de cet album est très certainement selon moi César. L'histoire d'un arbre, esseulé, ignoré, pour laquelle j'avais déjà eu un coup de cœur lors d'un concert du monsieur. Cet arbre -César donc- parle de lui à la première personne, déplorant le manque d'attention des personnes à son égard, lui sur qui "les pigeons se soulageaient". 

Autre chanson qui m'a marquée par sa finesse d'écriture, il s'agit de Princesse de Papier .
"Me Voici, me Gala, Ici Paris, je suis là, j'ai dans le cœur de quoi faire jaser la France des voyeurs...". Il est question des voyeurs, des lecteurs, des artistes ou personnalités montrées du doigt dans cette presse dite à scandale. 

La chanson Charité Populaire nous invite (enfin, nous invite, ceux qui le veulent hein - "soyons tolérants non de non" ;) !) à nous "distraire dans la ouate éphémère des femmes de droite". Ces femmes, aux idées parfois pré-conçues et réductrices, pour lesquelles "les chômeurs sont sales et les clochards sont feignants". 

Sur cet album, on trouve aussi un morceau au genre médiéval, interprété avec les deux sacro-saints copains d'Alexis HK, aka Renan Luce et Benoît Dorémus, avec lesquels il a par ailleurs partagé une tournée intitulée "Seuls à Trois", l'année dernière. 

Le morceau On peut apprendre m'a immédiatement fait penser, et ce dès la première écoute, à Gaspard (chanson extraite de l'album Belle Ville), de par la mélodie au banjo ! Magnifique instrument que le banjo, qui donne de façon quasi systématique l'envie irrépressible de se dandider sur sa chaise.
D'ailleurs, puisque le banjo est dansant et chantant, voici une vidéo, que j'ai regardée des centaines de fois...GASPARD !



Je reviendrai sonne comme une lueur d'espoir, un petit halo de lumière dans ce paysage un peu sombre...Il parle de l'importance de se retrouver "auprès des amis et des rires, des racines, et des souvenirs", de revenir à l'essentiel. Et ce avant La fin de l'Empire, dernier morceau qui vient parfaitement clôturer cet album plein de réflexion, de questionnements, comme Alexis HK sait si bien le faire, sous la houlette de Matthieu Ballet qui avait déjà participé à la réalisation de son précédent album, Les Affranchis.

La fine équipe repartira d'ailleurs prochainement en concert. Retrouvez toutes les dates de la tournée sur son site officiel tout neuf tout (très) beau. 


*MaxiCastor*


0 commentaire(s):

Recherche

Chargement...
Fourni par Blogger.

Playlist Spotify

Playlist Spotify
Cliquez et découvrez notre playlist spotify !

Paroles paroles

"Mais une fois dans mes bras
Vos murmures essoufflés
C'est à moi, rien qu'à moi
Qu'ils étaient destinés."

Bénabar - Je suis de celles

Visites