News

Facebook : Suivez-nous sur notre nouvelle page : En chanson !
Mail : brunoandcoblog@gmail.com
mercredi 12 décembre 2012

postheadericon Nadéah en Interview


Cette semaine je vous ai parlé du concert de Nadéah le 28 novembre dernier, mais ce que je ne vous ai pas dit, c'est que j'ai eu la chance de la rencontrer quelques heures avant qu'elle ne monte sur scène. 

Ton EP Whatever Lovers Say est sorti il y a un mois. Il porte le nom d'une chanson présente sur l'EP, mais qui était déjà sur Venus Gets Even, pourquoi ce choix?


"Whatever lovers says" est la dernière chanson que j’ai écrite pour l’album et je l’ai vraiment écrite à part. J'ai mis plus ou moins un an pour l'enregistrer, je n’étais jamais contente du résultat. Et du coup j’ai trouvé que c’était une continuation et que ça laissait une porte ouverte sur une partie de mon univers plus rock qui est plus connu et où je suis plus à l'aise. Et je savais que pour le prochain album c’est la direction que j’allais prendre.

Est-ce que ça veut dire que nous aurons bientôt un deuxième album à écouter ?

Oui, oui j’espère (rires). Je sais que normalement on devrait le sortir après l’été prochain. Mais je pense qu’on sortira un ou deux titres avant, un peu comme un EP. C’est bien de sortir les choses quand on peut parce que les fans ont envie d’écouter les nouveaux titres à la maison et c’est pour ça qu’on a fait Whatever Lovers Say.

Est-ce que ton album est sorti hors de France ?

Oui mais c’est un peu différent parce qu’il est sorti plus tard. L’EP, je l’ai fait exprès pour  la France comme ça les gens peuvent écouter les chansons qui ne sont pas sur le disque.

Quand on écoute ta musique, il y a plusieurs influences, plusieurs styles. Quels groupes, quels artistes t’ont influencée ?

En écrivant l’album j’écoutais beaucoup Feist. J’aime aussi beaucoup les standars du Jazz, même si je ne connais pas forcément les noms, mais l'esprit j'aime beaucoup. C’est ça mes influences. 
Pour les paroles, c’est Leonard Cohen et Tori Amos parce qu’ils sont assez poétiques et très personnels. C’est bien de faire choses intimes, mais on peut être intime générique ou bien intime où ça vient de toi, de ta vie.

Pour composer et écrire, est-ce que tu a besoin d’une ambiance particulière ?

Non, pas forcément. Dans la douleur ça se fera (rires) Pas toujours. Parfois tu sais que tu dois faire quelque chose. On ne sait pas quoi, on peut se mettre au piano ou à la guitare et des choses vont sortir. Je ne crois pas trop au « I feel it », je le sens. Je vais mettre un minuteur, je réserve le studio et quoi qu’il arrive, je sais qu’il y a quelque chose qui va sortir.

Si tu pouvais travailler avec un artiste vivant ou mort, avec qui aimerais-tu travailler ?

Quelqu’un de vieux, Simon & Garfunkel, ça serait cool, ou Patty Smith ou Iggy Pop. J'aimerais bien aussi travailler avec Feist, ou M.I.A. aussi parce qu’elle fait un truc que je ne fais pas. En France j’ai déjà bossé avec des gens que j’aimais bien, comme The DØ.

Sur scène, pour Nadéah & Friends, tu invites des artistes plus ou moins connus. S'il y avait un artiste pas très connu que tu aimerais faire découvrir, qui tu choisirais ?

Oui j’ai déjà fait ça avec un artiste qui s’appelle Rimed. Il a assuré plusieurs fois mes premières parties.
 Il y a deux filles que j’aime bien en Angleterre qui s’appelle Owl Dolls, elles font des reprises super avec des voix, des chœurs, c’est incroyable. C’est  une expression ancienne en Ecosse qui veut dire "vieilles dames".

Tu seras sur scène bientôt, comment tu te prépares avant de monter sur scène ?

Je chauffe ma voix et je suis assez solitaire. J’aime pas trop bavarder, je ne suis pas très intéressante. Mon habitude c’est de créer un drame pour avoir un excuse si je ne suis pas bien sur scène (rires). Mais hier je ne l’ai pas fait. Ce soir j’ai perdu mon pinceau pour me mettre du fond de teint . C’est le drame énorme dans ma vie ce soir. (rires)

Est-ce que tu aurais un dernier mot à dire ?

Je n’ai pas grand-chose à dire, c’est pour ça que je chante ! (rires)

Est-ce que tu serais d’accord pour nous dessiner ce que la musique représente pour toi. 

Oui bien sûr


En bleu, c'est le cadre , c'est la chanson et ça doit être joli. Dedans tu peux faire tout ce que tu veux, n'importe quoi et les gens ne voient pas si c'est complètement "fucked up", parce qu'il y a les jolies voix et les jolies mélodies. Il faut rester à l'intérieur. Et en dehors du cadre c'est le public, et ils peuvent rentrer dedans si ils veulent jouer avec nous ou chanter. Mais ça c'est à eux de voir.


Merci à Nadéah de nous avoir accordé un peu de son temps.
Merci à Laure de chez Ephélide qui a organisé cette rencontre.

Lo'birds

0 commentaire(s):

Recherche

Chargement...
Fourni par Blogger.

Playlist Spotify

Playlist Spotify
Cliquez et découvrez notre playlist spotify !

Paroles paroles

"Mais une fois dans mes bras
Vos murmures essoufflés
C'est à moi, rien qu'à moi
Qu'ils étaient destinés."

Bénabar - Je suis de celles

Visites