News

Facebook : Suivez-nous sur notre nouvelle page : En chanson !
Mail : brunoandcoblog@gmail.com
mercredi 22 mai 2013

postheadericon TETES RAIDES - Corps de mots



Pour les amoureux de mots, de poésies, de tendresse... d'Arthur Rimbaud à Jean Genet... pour les amoureux de surprises... pour les amoureux de frissons... pour les amoureux de la beauté et de l'obscurité de la vie... voici l'un des plus beaux hommages de mots en musique.

Quand j'ai eu l'album entre les mains j'ai posé mes yeux dessus et j'ai fait un peu volontairement des choix pour la première écoute. Évidemment je suis allé directement à la chanson 17... Le casque sur les oreilles, les yeux fermés... et les premières notes... oui... oui... c'est bien elle... Ginette... Comme une drogue... L'émotion monte... comme des retrouvailles... un amour jamais affaibli... Allez Ginette, ne t’arrête jamais de danser la belle. Allez ! Allez Ginette ! 
Et puis j'ai écouté "Love Me Tender". Elvis Presley ? Oh oui... oh ! Et là j'ai lâché un "raaah" bestiale suivi d'un sourire nié. J'ai imaginé Christian Olivier derrière son micro, dans la pénombre... raaaah oui, je dis oui...

J'ai enchainé avec "Les corbeaux" d'Arthur Rimbaud, toujours et plus que jamais sous le charme. Têtes Raides-Rimbaud c'est bien plus qu'une simple évidence.
Enfin j'ai écouté "Le condamné à mort" et là mes yeux se sont humidifiés, mes poils se sont dressés, mon esprit est tombé. Oui j'ai eu envie de pleurer et je l'ai même fait, incapable de résister. Jean Genet aurait sans aucun doute été touché par cette interprétation. Je regrette de ne pas avoir une culture littéraire nécessaire pour dérouler le tapis d'éloges que mérite cette reprise. Perturbant et percutant comme l'a été "Notre besoin de consolation est impossible à rassasier" l'incroyable testament littéraire de Stig Dagerman.
Je me suis arrêté là. J'ai repris mes esprits et j'ai remis l'album depuis le début jusqu'à la dernière minute, jusqu'à la dernière note, jusqu'au dernier mot, jusqu'à la dernière miette de souffle.

J'ai savouré comme il se doit "Le cheval rouge" de Jacques Prévert, "Avec moi Dieu le chien" d'Antonin Artaud, "Un enfant a dit" de Raymond Queneau, "On ne quitte pas son ami" de Robert Desnos, "Le pont Mirabeau" de Guillaume Apollinaire et les titres composés pour l'occasion "Corps de cris", "L'éphéméride", j'ai découvert Philippe Soupault "A boire", "J'achète un fusil", "Georgia"... J'ai caressé cette chance que m'ont offerte Têtes Raides, plus qu'un cadeau à saisir en plein vol c'est une lumière vers des auteurs à découvrir et d'autres à continuer à aimer...
...encore et encore...



Un album juste, honnête, fulgurant d'une sensibilité inégalable. Pour l'an demain je pensais qu'ils avaient atteint le sommet de leur art. Je confirme encore, mais avec ce nouvel album Corps de mots j'annonce et je mets ma main à couper qu'ils n'en tomberont jamais. Bouleversant, magnifique, divin... Têtes Raides je vous aime !

0 commentaire(s):

Recherche

Chargement...
Fourni par Blogger.

Playlist Spotify

Playlist Spotify
Cliquez et découvrez notre playlist spotify !

Paroles paroles

"Mais une fois dans mes bras
Vos murmures essoufflés
C'est à moi, rien qu'à moi
Qu'ils étaient destinés."

Bénabar - Je suis de celles

Visites