News

Facebook : Suivez-nous sur notre nouvelle page : En chanson !
Mail : brunoandcoblog@gmail.com
samedi 24 août 2013

postheadericon STROMAE - Racine carrée



Un OVNI. Le genre de truc insaisissable, totalement captivant, à la limite de l'hypnose : voici Racine carrée le deuxième album de Stromae.

Racine Carrée débute avec "Ta Fête". Une chanson à double sens qui décrit les envies de fête d'un adolescent et les risques que cela pourrait lui apporter. Des paroles simples mais efficaces, et une musique qui sans raison libère le corps de sa rigidité. Comme pour le premier album, c'est très électro mais à la différence de Cheese j'ai l'impression qu'un niveau vient d'être franchi dans les sonorités. J'y connais rien dans l'électro, je sais que c'est du son qu'on peut faire avec des machines à donner le mal de tête à un novice, mais si c'est bien fait et qu'on veut bien y prêter une oreille la surprise peut-être de taille. Je plonge dans l'album les yeux fermés car j'ai confiance... S'ensuit le tube de l'été "Papaoutai". Outre le fait que le morceau au rythme des îles nous donnent des bouffées de chaleur dès qu'on se prend à entonner le refrain, je trouve que le clip, esthétiquement, relève du génie. Une oeuvre visuelle qui prouve que Stromae possède une belle ouverture d'esprit artistique.
Deux premières chansons qui vont résumer ce nouvel album aux sonorités plus ouvertes et plus développées que sur Cheese avec des paroles parfois tristes, parfois cyniques mais toujours dans l'air du temps comme il nous avait habitué. Enfin Stromae nous rappelle qu'il ne fait pas que chanter, il vit ses chansons. Sa musique est sa sueur. Il fait danser ses maux et nous donne pourtant le sourire.

Pour "Ave Cesaria" je suis tombé amoureux dès la première écoute. Pas de Cesaria, d'elle je l'étais déjà, mais amoureux de cet hommage à la diva aux pieds nus. Entrainé par un accordéon et des claquements de mains, j'ai souri. Oui un véritable coup de foudre musical. Et à la troisième minute quinze de la chanson je décolle systématiquement pris d'une envie incroyable de la prendre dans mes bras... un morceau tellement envoûtant...  Envoûtant c'est le mot d'ordre de cet album surtout avec l'incontournable "Formidable" qui se hisse dans le panthéon des chansons qui collent le frisson. Bon j'avoue que j'étais tombé dans le panneau lorsque les premières vidéos pirates ont circulé sur internet le montrant ivre dans la rue... et puis le clip. Un coup de génie, un coup de maitre. Ce n'est ni un gag ni une opération marketing, c'est une vraie mise en abime vertigineuse qui montre du doigt la laideur de notre voyeurisme, le pouvoir dangereux des médias sur notre rapport à l'image qui nous plonge dans une crédulité trop facile... C'est juste l'histoire d'un garçon paumé qui vient de se faire plaquer mais avec un maestro aux commandes : Bluffant. Stupéfiant. Une claque formidable.


Si certains morceaux me transportent moins, l’homogénéité de l'album n'en demeure pas moins forte. On garde toujours le volume à fond, on bouge sans cesse. Il parle du cancer avec justesse dans "Quand c'est ?", des origines qu'on ne veut pas choisir dans le très dansant "Bâtard", le drôle "Moules frites" ou encore avec l'étonnante adaptation de "Carmen" de Bizet qui parle des réseaux sociaux. Et même si ma sensibilité est moins forte sur ces quatre titres cités, les enchainements de morceaux avec "Tous les mêmes" dont je suis très heureux de la voir sur l'album après l'avoir adoré dans la leçon 24 (voir la vidéo) tout comme "Humain à l'eau" (voir la vidéo) et enfin avec l'excellent "Sommeil" ces morceaux sont là pour nous séduire. Décidément cet album relève d'un nombre incroyable de hits. Et dire que les radios se montraient frileuses pour programmer "Papaoutai" avant le carton de "Formidable" sur internet pensant que le phénomène Stromae était fini... Comme quoi il ne faut pas se fier à certaines radios et médias. Et puis je ne sais pas pourquoi mais le morceau instrumental "Merci" m'a évoqué de suite la puissance du titre Fade To Grey de Visage. Puissance dans l'émotion qu'elle procure, puissance dans l'énergie qui s'en dégage, puissance dans l'effet qui nous emporte. A côté de ça dans le "même style", Daf Punk c'est du beurre doux pour un breton... m'enfin une house-électro lancinante qui me transporte dans quelque chose de magnifique. Il nous fait également vivre sa musique. Pour terminer, Stromae a invité Orelsan et maitre Gims sur un morceau qui envoie du lourd : "AVF". Un titre hip-hop bien bourrin, violemment beau mais avec de tels invités cela ne pouvait pas être autrement. Je ne connais pas maitre Gims, mais la présence d'Orelsan me réjouit, ils se sont bien trouvés ces deux-là...  

Avec ce deuxième album, il assume plus que jamais son pseudonyme à l'endroit, et qu'à l'avenir il ne sera plus associé au gros tube trop entendu de "Alors On Danse" dont on pourrait oublier. L'album de la maturité ? pas forcément, Stromae l'était déjà, un album abouti ? oui assurément, c'est un passionné. Alors si Cheese a gagné la Victoire de l'album de musiques électroniques en 2011 je ne me fais aucun doute que Stromae mettra son plus beau polo pour la cérémonie de 2014, car il sera légitiment très en vue.
La Belgique peut être fière...


4 commentaire(s):

Anonyme a dit…

Juste pour info : Maitre Gims est le chanteur de Sexion d'assaut. Pas forcément une référence... Mais pour l'album se Stromae, je suis assez d'accord avec vos commentaires. Impatient de voir ça en live, parce que son génie s'exprime aussi dans son interprétation, vériatblement habité qu'il peut être (voir ses prestations au LGJ par exemple).

pablito a dit…

Après votre commentaire j'ai prêté une oreille à Maitre Gims, c'est différent, mais quelle voix !!

Jules Vermeil a dit…

Merci pour cette présentation, je viens de tomber dessus et j'ai beaucoup appris de cette album.

"Le cœur cousu" a dit…

Merci pour m'éclairer à propos de cet album magnifique!

Recherche

Chargement...
Fourni par Blogger.

Playlist Spotify

Playlist Spotify
Cliquez et découvrez notre playlist spotify !

Paroles paroles

"Mais une fois dans mes bras
Vos murmures essoufflés
C'est à moi, rien qu'à moi
Qu'ils étaient destinés."

Bénabar - Je suis de celles

Visites