News

Facebook : Suivez-nous sur notre nouvelle page : En chanson !
Mail : brunoandcoblog@gmail.com
mercredi 12 février 2014

postheadericon Gael Faure - De silences en bascules


Vous l'avez surement remarqué, je suis davantage tournée vers la musique anglophone, mais, parfois, mon attention est retenue par des artistes qui chantent dans la langue de molière. Et c'est le cas de l'artiste dont je viens vous parler aujourd'hui. 
Gaël Faure, je vous en ai déjà parlé à plusieurs reprises, notamment ICI, en première partie de Daguerre, où encore ICI, avec quelques photos d'une des premières parties de Nadéah à La Boule Noire. A l'époque déjà, j'étais tombée sous le charme de ses chansons, de ses mélodies. Sur scène on le sentait à l'aise et le contact avec le public semblait naturel et facile. 
Cette aisance sur scène n'a pas été démentie quand je l'ai vu aux Trois Baudets en décembre dernier. Cette fois, il était accompagné de deux musiciens, un batteur et un guitariste/bassiste/pianiste. Les nouvelles chansons que j'ai découvert m'ont beaucoup plus donc on peut dire que j'étais d'autant plus impatiente de découvrir cet album. 

De silences en bascules est sorti lundi et je n'ai pas perdu de temps pour aller l'écouter en sortant du boulot. Je ne vais pas vous faire une analyse pointue de l'album parce que ce n'est pas quelque chose que je sais faire, mais je vais vous en toucher deux mots pour vous donner mon ressenti et peut être vous donner envie d'aller l'écouter! 


Sur cet opus, on retrouve les deux singles déjà sortis, "On dirait l'Islande", qui avait particulièrement retenu mon attention la première fois que je l'ai entendue sur scène. Le titre traite des racines du jeune chanteur, ancrées au coeur de l'Ardèche. Le texte écrit par Tété s'accorde parfaitement avec la mélodie composée par Gaël. On y retrouve aussi "Tu me suivras" que Gaël nous avait fait chanter lors des premières partie de Nadéah ou de Daguerre.  
Pour ce 2ème album, le chanteur a pris son temps. Il s'est entouré d'auteurs confirmés comme Barcella, Ben Ricour ou Fabien Boeuf qui est à l'origine de plusieurs textes sur l'album.
De son côté il compose des mélodies plutôt folk qui retiennent l'attention et font voyager.

 

On traverse l'album comme on traverse l'hiver. ( Oui j'avoue c'est une référence à une de ses magnifique chanson qui n'est pas présente sur l'album, "Traverser l'hiver"). En écoutant l'album, on passe par différentes émotions. On a envie de tomber amoureux, d'être aimé, d'être entouré d'amis. On ressent aussi de la mélancolie, de la nostalgie ou de l'optimisme comme ces jours d'hiver où le froid domine mais le soleil brille et le ciel et bleu et ça nous redonne le sourire. 


Peut-être allez-vous me dire que je dis ça parce que nous sommes en hiver et que si l'album était sorti en été j'aurais dit que ça sentait bon la mer et le sable chaud. Et peut-être que vous avez raison. Mais les photos du livret de l'album me font penser le contraire. En effet, on retrouve Gaël au bord de la mer un jour où le ciel est plutôt couvert. Les très belles photos d'Hélènes Pambrun valent aussi le coup d'oeil. 

Je vais m'arrêter là et je vais vous laisser traverser l'album et faire votre propre voyage, en espérant qu'il vous plaira!
En tout cas, moi je le suivrai au Café de la Danse le 11 mars prochain. 



Lo'birds

0 commentaire(s):

Recherche

Chargement...
Fourni par Blogger.

Playlist Spotify

Playlist Spotify
Cliquez et découvrez notre playlist spotify !

Paroles paroles

"Mais une fois dans mes bras
Vos murmures essoufflés
C'est à moi, rien qu'à moi
Qu'ils étaient destinés."

Bénabar - Je suis de celles

Visites