News

Facebook : Suivez-nous sur notre nouvelle page : En chanson !
Mail : brunoandcoblog@gmail.com
lundi 11 juillet 2011

postheadericon Le festival les Ardentes, aka la ruée vers Liège


Dimanche 10 juillet dernier, la date tant attendue depuis des mois pointe enfin le bout de son nez. Croisant les doigts pour que le temps soit de la partie, MusicAndMe et moi partons la fleur aux dents vers Liège, déjà toutes trépignantes à l'idée de la journée musicale qui nous attend.

Arrivées vers Liège aux alentours de 13h, nous ne tardons pas à nous placer sous le chapiteau pour le concert de Zaza Fournier. Ce concert étant le premier de la journée, il n'y a malheureusement pas foule lorsqu'elle entame son set mais néanmoins la dame s'en amuse et fait preuve d'une bonne humeur à toute épreuve. Armée de son accordéon, elle chante tour à tour des morceaux de son premier album sobrement intitulé Zaza et des chansons plus récentes, issues de son album paru dernièrement, Regarde-moi (dont l'as des AS a déjà parlé ici), d'où est extrait l'excellent « Vodka-fraise ». C'est frais et pétillant, on sent qu'elle prend un immense plaisir à être sur scène et une belle complicité s'affiche entre elle et ses 4 musiciens. En résumé, c'est pour moi l'une des belles découvertes de ce festival.



*****

Vient ensuite King Charles, que nous écouterons d'une oreille attentive malgré la fine pluie qui vient humidifier l'atmosphère joyeuse du festival. Il y a foule pour écouter l'anglais moustachu-dread-lockeux qui enflamme la scène principale de rythmes pop-folk ma foi très efficaces.

*****

La suite sera assurée par Suarez, groupe bien implanté en Belgique mais malheureusement quasi totalement inconnu en France. Ils se produisaient il y a quelques jours au festival Couleur Café et avait déjà mis le feu au public bruxellois.

Le chanteur belge d'origine espagnole et ses musiciens peuvent se vanter, dès leur entrée sur scène, d'avoir ambiancé la scène « open air ». Les spectateurs les acclament chaleureusement et semblent connaître toutes les chansons par cœur. Ils font d'ailleurs participer activement le public qui reprend de bon cœur les chansons les plus connues de leur répertoire.

Pour ma part, je ne connaissais que peu ce groupe dont je n'avais écouté que L'Indécideur, son dernier album en date (qui paraîtra en France le 3 octobre prochain). J'ai été très agréablement surprise par l'énergie qui en découle sur scène. Bien plus dynamique et entraînant que sur l'opus, c'est un groupe que je retournerais très volontiers voir en concert.
A noter qu'ils seront en unique concert français pour le moment le 10 octobre prochain au Divan du Monde à Paris.

*****

Retournons maintenant vers le chapiteau où se produit Florent Marchet, artiste que je connais maintenant bien sur scène pour avoir pu l'applaudir à plusieurs reprises sur diverses scènes de France et de Navarre. L'artiste n'est pas encore bien connu du public belge puisque seul son dernier album, Courchevel, est sorti dans les bacs. Néanmoins, il est bien accueilli par un public qui semble réceptif à ses chansons moroses associées à des mélodies entraînantes. Le set, évidemment adapté au format « festival », me paraît néanmoins trop court. 50 minutes auront néanmoins suffit pour mettre le public liégeois dans sa poche.

*****

Un demi-tour plus tard, nous voilà de nouveau sur la grande scène pour applaudir Keziah Jones. Lorsque nous parvenons enfin à défier la foule et rejoindre la scène, le guitariste-chanteur est déjà torse-nu et semble échapper à la moiteur ambiante. Il entonne ses plus grands tubes pour la plus grande joie du public qui se déhanche au rythme de ses chansons.

*****

Vient ensuite, toujours sur cette même scène, le groupe que l'on ne présente plus ici, j'ai nommé Puggy. Le groupe belge est probablement l'un des plus attendus de cette journée. Pour faire simple, dès leur arrivée sur scène, le public ne se tient plus et saute dans tous les sens. Les chansons sont quasi toutes reprises à l'unisson par des spectateurs enchantés et visiblement très fiers de leur « progéniture » made in Belgium. Et en effet, c'est toujours un grand plaisir de les voir évoluer sur scène, au fil des dates.

*****

Direction à présent le concert de Philippe Katerine, manifestement très attendu sous le chapiteau, à en croire la foule attroupée. Il est accueilli par des applaudissements nourris, le public scande la chanson de la Banane à s'en donner des extinctions de voix. Il chauffe le public liégeois à grands coups de « oufti » (expression liégeoise par excellence) qui miaule de bonheur. C'est dans la poche pour le trublion de la chanson française.

*****

Et pour terminer cette journée riche en musique, Mika s'empare de la foule des Ardentes en moins de temps qu'il ne faut pour le dire. Des fans sont attroupés depuis le début de l'après-midi sur les barrières de la grande scène. On les reconnaît de loin, elles arborent fièrement les vêtements à l’effigie du chanteur américano-libanais. Avant même son arrivée sur scène, la foule scande son nom additionné à des applaudissements très chaleureux. Le décor sur scène est grandiose, semblant relater l'histoire de France : de grandes toiles montrant des tableaux de Marie-Antoinette sont déployées. Lorsque ses musiciens arrivent sur scène, les femmes sont vêtues de robes semblant avoir appartenu à la période Louis XIV : grandes robes vaporeuses, coiffures très recherchées. Lorsque Mika arrive sur scène, la foule se déchaîne. Il entame son set par la célébrissime chanson Relax (take it easy), ce qui contribue encore à l'excitation du public. Il enchaînera ensuite avec toutes ses chansons les plus connues (Grace Kelly, Love Today, Billy Brown, Big Girls (you are beautiful)...) pour le plus grand bonheur du public qui en redemande. Puis Mika nous présente une chanson qui paraîtra sur son nouvel album. Une chanson en français, une fois n'est pas coutume. Elle s'intitule Elle me dit et est d'ores et déjà en écoute sur les ondes. Ça promet encore un beau succès, à l’effigie de ses autres chansons, entraînantes, aux mélodies efficaces.



En résumé : les Ardentes, public liégeois chaud comme un pruneau dans un far breton, la folie ambiante, Zaza Fournier et Suarez les belles découvertes du jour, Florent Marchet aussi à l'aise et efficace en Belgique qu'en France, Puggy...is Puggy, Mika l'explosion de cette fin de festival.


MaxiCastor

0 commentaire(s):

Recherche

Chargement...
Fourni par Blogger.

Playlist Spotify

Playlist Spotify
Cliquez et découvrez notre playlist spotify !

Paroles paroles

"Mais une fois dans mes bras
Vos murmures essoufflés
C'est à moi, rien qu'à moi
Qu'ils étaient destinés."

Bénabar - Je suis de celles

Visites