News

Facebook : Suivez-nous sur notre nouvelle page : En chanson !
Mail : brunoandcoblog@gmail.com
dimanche 27 mars 2011

postheadericon HF THIEFAINE - Suppléments de mensonge

« Sans doute un des plus beaux, des plus foudroyants albums jamais enregistrés sur le sol français depuis belle lurette. On s'y enfonce comme dans un paysage sombre et tourmenté et on en ressort paradoxalement apaisé, ébaubi et inondé de lumière.»
Nord éclair - 25/02/2011

J'ai attendu un mois. Un long mois, comme un timide adolescent qui n'ose pas aller voir la belle fille du lycée. A tourner autour, à regarder le bac à CD's de loin ou les affiches du coin de l'œil. Il faut dire que le Thiefaine des années 2000 ne m'emballait plus vraiment. Pas comme à la belle époque où sa poésie guidait mes pas de jeune adulte. Je ne m'y attendais donc pas. Cinq ans après "Scandale mélancolie", "Suppléments de mensonge" est tombé dans mes oreilles et en quelques minutes : BAM BOUM... violent... Je n'aurais jamais imaginé que ce nouvel album allait me cueillir de cette façon, si brutale, si passionnante, si brûlante.

Et la claque est au rendez vous. L’apparition de cordes donne à cet album une sonorité plus légère qui permet une meilleure accroche à l’univers si particulier d'Hubert-Félix Thiefaine. Un univers forgé par la force des mots d'un grand poète des temps modernes écorché par la vie.

"Suppléments de mensonge" (le titre est tiré du "Gai savoir" de Nietzsche) est le chef d’œuvre d’un artiste entier en marge de tout, médias compris, que certains tentent encore de comprendre, que d'autres ont depuis longtemps abandonné. Et enfin il y a ceux qui ne peuvent plus s'en passer... Il faut dire que son vocabulaire peut paraître complexe pour de jeunes oreilles novices.
Thiefaine démarre très fort avec "La Ruelle des morts", superbe chanson nostalgique et entraînante, qui semble le renvoyer à des souvenirs d'enfance avec une grande sensibilité. On en lâcherait presque une petite larme. Et s'il fallait en choisir un, le meilleur morceau de l’album est : "Petit matin 4.10 heure d'été" Une délicieuse chanson à l'intro Dylanienne , sur un suicide raté. Juste sublime. "La folie m'a toujours sauvé et m'a empêché d'être fou".
"Fièvre résurrectionnelle" est également un petit bijou et là aussi, la plume de Thiefaine fait l'étalage de la beauté des mots : "6 milliards de pantins au bout de la lumière, qui se mettent à rêver d'un nouvel univers. Mais toi tu restes ailleurs, dans un buzz immortel, à fabriquer des leurres, en fleurs artificielles, pour les mendiants, qui prient les Dieux et les chimères, les trafiquants d'espoir aux sorties des vestiaires".
Je ne peux pas passer mon chemin sans parler aussi des "Trois poèmes pour Annabel Lee", une chanson douce comme la soie, d'une finesse mélancolique totalement bouleversante. Inspiré du poème du même nom écrit par Edgar Poe.

Avec sa plume incandescente, Hubert-Félix Thiefaine affirme plus que jamais qu'il n'a besoin de personne pour écrire de grandes chansons, comme "Les Ombres du Soir", ou encore "Québec Novembre Hôtel" et "Les Filles du Sud" qui boucle un nouvel album qui va vite devenir culte. Un auteur qu'on aime écouter, et surtout un auteur à lire.
Il n'y a pas si longtemps Rimbaud, Baudelaire ou encore Prévert pouvaient se faire regretter. N'allez pas chercher plus loin, les poètes de nos jours sont devenus chanteurs.

Hubert-Félix Thiefaine, à 62 ans, prouve qu'à un certain âge on peut encore faire d'excellents disques et pas seulement trois-quatre bons morceaux, complétés par du remplissage. Avec "Suppléments de mensonge" il nous prouve aussi qu'il mérite dignement, de prendre la place laissée par le regretté Alain Bashung. La relève est assurée (quelqu'un peut-il en douter ?). Le fils de Léo Ferré est de retour, les enfants de la fille du coupeur de joints peuvent se réjouir.


Le miroir s'était retourné et je voyais l'avenir. Un vieil acteur qui fouille les poubelles devant le théâtre de ses triomphes perdus. C'est sur ces deux phrases de Bob Dylan que se referme le livret qui accompagne le dernier album d'Hubert Félix Thiefaine.

C'est grandiose !
http://www.thiefaine.com/
Pablito

0 commentaire(s):

Recherche

Chargement...
Fourni par Blogger.

Playlist Spotify

Playlist Spotify
Cliquez et découvrez notre playlist spotify !

Paroles paroles

"Mais une fois dans mes bras
Vos murmures essoufflés
C'est à moi, rien qu'à moi
Qu'ils étaient destinés."

Bénabar - Je suis de celles

Les archives du blog

Visites